Quatrième station

Jésus rencontre sa mère

Quatrième station : Jésus rencontre sa mère

Syméon dit à Marie : « Vois ! cet enfant doit amener la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël ; il doit être un signe en butte à la contradiction, - et toi-même, un glaive te transpercera l’âme - afin que se révèlent les pensées intimes d’un grand nombre. » (Luc 2, 34-35)

« Sa mère gardait fidèlement tous ces souvenirs en son cœur. » (Luc 2, 51)

« Vous tous qui passez par le chemin, regardez et voyez s’il est une douleur pareille à la douleur qui me tourmente. » (Lm 1, 12)

Méditation

Mère, ô ma mère. Quel bonheur que tu sois là ! Je sais bien que la vue de mon sang te transperce l’âme. C’est pour toi, que je suis là. Le Père voyait ma peine d’aujourd’hui quand il a façonné ton âme immaculée. Quel bonheur que tu sois pure, immaculée depuis toujours. Quel bonheur qu’il y ait aujourd’hui sur terre quelqu’un qui soit avec moi, quelqu’un qui plaise au Père avec moi. Quel bonheur qu’il y ait aujourd’hui avec moi quelqu’un qui n’ait jamais désobéi au Père, qui ne l’ait jamais renié, abandonné. O mère, ma mère Marie ! Mon cœur ne t’a jamais quittée, mais maintenant que je vais à la mort, tout en moi reflue vers toi. Merci d’être là, à cette heure où les pensées intimes de chacun se dévoilent, à cette heure où mes disciples sont loin. Mère, mon heure est venue, c’est la tienne aussi. Je rachète une foule immense. Tu en es la Reine, toi qui l’enfantes avec moi. Mère ! veille avec moi. Les bien aimés du Père n’ont plus de vin, je leur donne cette vie qui me vient de toi. Comme tu me l’a appris quand j’étais petit, j’obéis, j’obéis au Père, à tout ce qu’il me dit.

Nous ne pouvons pas oublier que du haut de la croix Jésus regarda sa Mère et Jean le disciple qu’il aimait. Il confia le disciple à sa Mère : « Femme voici ton Fils ! » Il indiqua ensuite Marie au disciple : « Voici ta Mère » (Jean 19, 26). En ce seul homme, le disciple que Jésus aimait, Jésus désigna Marie pour Mère à chaque homme, il lui confia tous les hommes. Obéissants aux paroles du testament du Christ, nous nous confions à Marie comme à notre mère.

Prière

Ô Mère,
ta souffrance est grande comme la mer.
Obtiens-nous de la reconnaître.
Ton cœur très pur est le seul
à pouvoir vraiment comprendre la peine de ton Fils.
Retiens-nous sur le chemin du mal
et obtiens nous d’entrer avec toi dans le cœur de Jésus.

< >